Catégories
Art et peinture

Stephanie Tuckwell: que chaque peinture trouve son identité

Les peintures de Stephanie Tuckwell sont une orchestration médiatique, où elle permet aux propriétés des matériaux avec lesquels elle travaille d’orienter la direction de sa création. Ils sont une évocation du monde naturel, ainsi qu'un record du temps. Dans cette interview, Stéphanie explique son besoin de revenir aux matériaux de base après un temps d'exploration des techniques mixtes, et sa fascination pour la permanence et l'impermanence, la transparence et l'opacité, l'abstraction et la représentation.

Bobine, 2019
Stéphanie Tuckwell
Aquarelle, gesso à l'encre et collage sur papier Fabriano Artistico 640g / m2, 36 x 35 cm

Lisa: Pouvez-vous décrire votre relation avec la peinture et comment elle s'est développée au cours de votre pratique?

Stephanie: J'ai suivi une formation en broderie à la Goldsmith's School of Art au début des années 1970; le cours à cette époque était considéré comme étant à l'avant-garde de la présentation des textiles non pas pour sa valeur décorative, mais pour que la broderie soit reconnue comme une pratique artistique valable pouvant être incluse dans les contextes des beaux-arts. Cela m'a séduit car je ne me sentais pas vraiment adapté à la peinture des Beaux-Arts.

J'ai toujours utilisé ma localité et mon environnement immédiat comme catalyseur de mon travail, qu'il s'agisse des zones urbaines du sud de Londres ou plus récemment de la côte sauvage de l'ouest du Pays de Galles. Pendant une bonne partie de ma carrière d'artiste, j'ai travaillé avec des techniques mixtes et des textiles, même si les peintres ont toujours été ma source d'inspiration.

Lorsque j’étais chez Goldsmith, j’ai été influencé par les peintres américains des années 1930. J'ai été fasciné par la peinture d'Arthur Dove "Fog Horns" et par la façon dont une image aussi simple pouvait transmettre le sens du son et du mouvement. J’ai également été attiré par le travail de Georgia O’Keefe bien avant qu’elle ne devienne populaire dans les années 80. J'ai été fasciné par l'abstraction de son travail, en particulier sa peinture Sky Above Clouds IV.

Vivant dans le sud de Londres dans les années 80, j’ai utilisé des techniques mixtes et j’ai été influencé par des artistes tels que Mick Moon et Anthony Whishaw, dont le travail explorait la myriade de possibilités lors de la création de surfaces à travers une variété de procédés de peinture. J'ai peint du plâtre sur de la soie fine que j'ai ensuite collée sur des morceaux de bois plats, laissez sécher puis arraché; les surfaces résultantes étaient toujours une surprise et généralement intéressantes. J'ai utilisé des papiers japonais avec ces surfaces et des points fréquemment utilisés pour faire des collages / assemblages.

Il y a environ douze ans, j'ai senti que je ne pouvais plus réaliser ce que je voulais avec les techniques mixtes; c'était devenu un processus trop compliqué pour moi et je voulais revenir à l'essentiel. Pendant environ un an, je me suis concentré uniquement sur le dessin, puis j'ai commencé à me concentrer sur la peinture; Je voulais simplifier ma pratique. J'ai adoré l'idée de créer quelque chose de grand sur du papier à partir d'une petite boîte de peinture; cela semblait très pur et naturel. Pas de technologie, pas de processus interminables, juste moi, peinture et papier. Depuis ce temps, j'ai continué à explorer les médias à base d'eau sur du papier et à travailler à différentes échelles.

Tout en travaillant pour une maîtrise en gravure multidisciplinaire, j'ai apprécié toute la romance du processus de gravure, mais j'utilisais souvent de la peinture pour perturber la surface ou le bord de mes impressions.

Mon mari Robert (McPartland, interview ici) a toujours été une influence et une inspiration; son œil vif, sa sensibilité et sa rigueur contribuent à ses peintures poétiques et méditatives. J'admire les peintures de Ian McKeever; son travail, bien que familier, est également énigmatique. J'ai vu pour la première fois l'une des installations de Sarah Sze à Boston et j'ai été intriguée par la façon dont elle peut utiliser des matériaux non précieux pour créer des espaces aussi magiques et poétiques. Winifred Nicholson peut imprégner une scène très ordinaire de lumière et de soleil joyeux. Je trouve également Hilma af Klint très influente, en particulier ses peintures, «Largest of Ten», qui ont été exposées à la Serpentine Gallery en 2015. Ce groupe de peintures est tellement joyeux et, je pense, parle à beaucoup de gens en ce moment.

Astral no. 7, 2019
Stéphanie Tuckwell
Aquarelle, encre et pastel sur papier Fabriano Artistico 640 g / m2, 33 x 32 cm

Lisa: Pourquoi peignez-vous et comment décririez-vous votre travail?

Stéphanie: Parce que la peinture peut donner forme à ma sensibilité et qu'elle me permet d'être moi dans le vrai sens du terme. Je suis naturellement agité; Je travaille très directement et intuitivement, orchestrant marques et formes pour laisser chaque tableau évoluer pour trouver sa propre identité, quelque part entre abstraction et figuration. Vivre et travailler au Pays de Galles m'a amené à transmettre le mouvement cyclique et l'énergie du monde naturel, à créer un travail de nature élémentaire. Mon travail est basé sur mes expériences, mes souvenirs et mes réponses à des moments particuliers. Je cherche à transmettre une impression du temps qui se déroule, où rien n'est statique mais pour toujours dans un état de devenir et où un sentiment de permanence et d'impermanence est impliqué.

Eddy, 2018
Stéphanie Tuckwell
Aquarelle, encre et gesso sur papier Fabriano 640gsm, 70 x 75 cm

Lisa: Je m'intéresse aux matériaux avec lesquels vous travaillez – aquarelle, encre, fusain, gesso. Pourquoi êtes-vous attiré par ces matériaux en particulier?

Stephanie: J'aime explorer les propriétés physiques des matériaux que j'utilise: la douceur, la suie et la noirceur du charbon comprimé, le caractère aqueux et translucide des aquarelles et des encres, les différences d'opacité / transparence et les qualités texturales du gesso. Il est important que mes peintures aient un sens du physique même si celui-ci est très subtil et qu'elles ne peuvent être réalisées par aucun autre procédé.

Rouleau, 2020
Stéphanie Tuckwell
Aquarelle, encre, gesso et collage sur papier Fabriano Artistico 640g / m2, 58 x 74 cm

Lisa: Pouvez-vous nous éclairer sur votre façon de travailler – travaillez-vous simultanément sur plusieurs tableaux, avez-vous tendance à terminer un travail en une seule séance, et quelle préparation faites-vous pour un tableau?

Stéphanie: Je travaille sur plusieurs tableaux en même temps, peut-être quatre ou cinq et j'ai tendance à me concentrer sur un ou deux pendant un moment. Je travaille de manière très intuitive et j'essaie de répondre ouvertement aux formes et marques initiales que je pose sur le papier. Si ceux-ci sont forts et insistants, je dois les peindre ou, parfois s'ils sont passifs et doux, ils ont besoin d'être cajolés pour faire une déclaration. Il est facile d'être séduit par une zone qui vous semble fonctionner et ensuite d'essayer de tout faire fonctionner avec cette zone, mais le plus souvent, toute la peinture doit être perturbée, secouée. Tout est relationnel, je dois garder beaucoup de "boules en l'air" jusqu'à ce qu'ils s'installent et trouvent leur place. Chaque peinture doit déterminer sa propre identité, il doit y avoir un sentiment de c'est ce que je suis. Il doit vous regarder en arrière.

Floraison 1, 2020
Stéphanie Tuckwell
Encre acrylique avec papier Shoji collé sur papier Saunders Waterford 640gsm, 25 x 54 cm

Lisa: Dans quelle mesure est-ce important pour vous de travailler en série?

Stephanie: C'est très important pour moi. Travailler en série signifie que mon thème lâche est en cours, jamais terminé. Je peux revenir et développer la même série maintes et maintes fois, éventuellement en utilisant différents supports et formes. Un bon exemple est en septembre dernier, j'ai commencé à travailler sur une commande dans laquelle le client voulait 4 grandes aquarelles basées sur une peinture de quelques années en arrière, de ma première série de RockWaterAir. Cependant, comme je travaillais avec la couleur sur Jardin de Livia / Astral depuis un an environ, j'avais besoin de redynamiser mon amour du monochrome. J'ai passé quelques semaines à faire des bruts, qui sont ensuite devenus les pièces finales et j'ai continué ce travail jusqu'au printemps.

Travailler en série me permet de rester concentré et de m'éviter de trop m'éloigner et de partir en tangente! Les carnets de croquis ont toujours été importants pour moi en tant que merveilleux moyen de rassembler des idées / expériences / observations. J'ai trouvé cela particulièrement utile lorsque je faisais une maîtrise à temps partiel en gravure. Je peins maintenant à plein temps (j'ai pris ma retraite de l'enseignement il y a trois ans), et je ne ressens pas le besoin d'en garder un.

Jardin de Livia n ° 3, 2018
Stéphanie Tuckwell
Aquarelle, encre et gesso sur papier Fabriano Artisico 640 g / m2, 70 x 75 cm

Lisa: Vous êtes-vous déjà sentie dépassée par tout ce que vous pourriez mettre dans vos peintures?! Comment trouvez-vous le bon état d'esprit pour rester réactif à tout ce qui vous inspire?

Stéphanie: Hmm parfois! J'essaye d'être très présent quand je peins, d'être dans l'instant; le yoga et la méditation quotidiens m'aident à maintenir un sentiment d'énergie calme. En travaillant, je ne peux écouter personne parler à la radio mais je peux, bien que pas très fréquemment, écouter de la musique, comme Steve Reich, Manu Delago, Cinematic Orchestra pour n'en nommer que quelques-uns, cela peut fournir l'espace dont j'ai besoin pour maintenir l'équilibre. Je peux souvent répéter le même morceau encore et encore pour qu'il devienne presque méditatif. Quand un tableau pose problème, je peux devenir comme un «chien avec un os» déterminé à le faire fonctionner; il arrive parfois qu'il se retrouve à la poubelle. Je dois accepter cela dans le cadre de mon processus de travail.

Tourbillon, 2020
Stéphanie Tuckwell
Aquarelle, encre, gesso avec papier Shoji collé sur papier Fabriano Artistico 640 g / m2, 62 x 53 cm

Lisa: Pouvez-vous nous parler des types de pinceaux, papiers et peintures avec lesquels vous aimez le plus travailler et pourquoi?

Stéphanie: J'ai longtemps travaillé sur du papier 300 g / m2 que je devais étirer, j'utilise maintenant du papier 640 g / m2 tel que Fabriano Artistico; ce poids plus lourd de papier a éliminé le besoin d'étirement. Cependant, comme j'utilise beaucoup d'eau avec ma peinture, je dois toujours aplatir le travail fini.

J'ai tendance à utiliser des pinceaux à vadrouille pour créer de vastes lavages, j'adore les pinceaux calligraphiques japonais pour leur polyvalence dans la création de marques avec les pinceaux Fan, Dagger et Rigger.

J'utilise toute une gamme de marques d'aquarelles, et j'aime essayer de nouvelles gammes. J'adore utiliser la gamme Hydrus de Dr. Martin pour les grandes surfaces, les casseroles Winsor et Newton pour les petites marques, mais plus récemment, j'ai aimé utiliser les encres acryliques Schmincke. J'apprécie leur dynamisme et leur luminosité.

Lorsque je travaille avec une palette monochrome, l'encre de Chine et le fusain comprimé, ainsi que l'encre acrylique blanche sont mes agrafes; le charbon de bois compressé peut créer des zones denses mais douces de noir et l'encre de Chine a une grande gamme de tons, du plus pâle des lavages pâles au plus sombre de l'obscurité.

Ebb, 2020
Stéphanie Tuckwell
Aquarelle, encre, gesso avec papier Shoji collé sur papier Fabriano Artistico 640 g / m2, 62 x 53 cm

Lisa: Votre pratique créative a-t-elle été affectée par le récent verrouillage du coronavirus, si oui, comment?

Stephanie: Dans l'ensemble, ma vie quotidienne n'est pas affectée car j'ai l'habitude de travailler à la maison avec Robert; nous avons adapté notre routine matinale, échangeant la salle de gym pour le yoga et la médiation. Hors de la maison, évidemment, tout est différent, il n'y a pas d'échappatoire aux nouvelles rapportant les effets dévastateurs mondiaux du coronavirus. Au début du verrouillage, je terminais ma nouvelle série RockWaterAir, mais je ressentais une grande envie de travailler avec la couleur, de faire des peintures qui célébraient la vie et d'être spirituellement édifiante pour contrer la gravité de ce qui se passait dans le monde extérieur. Le temps était superbe, la lumière et la couleur dans le jardin étaient magnifiques et cela m'a inspiré pour commencer une nouvelle série.

Floraison 3, 2020
Stéphanie Tuckwell
Encre acrylique avec papier Shoji collé sur papier Saunders Waterford 640gsm, 25 x 54 cm

Lisa: Sur quoi travaillez-vous en ce moment?

Stephanie: Je travaille actuellement sur Bloom, une série dans laquelle j'utilise des encres avec des papiers japonais collés. J'ai introduit le collage pour établir des formes plus distinctes qui ont une référence vaguement botanique. Jusqu'à présent, j'ai réalisé sept peintures et je prévois d'explorer davantage la couleur et la relation entre les formes fermes et diaphanes, l'espace que cette relation crée. Au fur et à mesure que les saisons changent, ma palette de couleurs peut redevenir plus tonale …

Ascenseur, 2019
Stéphanie Tuckwell
Aquarelle, encre, gesso avec papier Shoji collé sur papier Fabriano Artistico 640 g / m2, 35 x 35 cm

Lisa: Où en ligne ou en chair et en os pouvons-nous voir plus de votre travail?

Stephanie: Mon travail peut être vu sur stephanietuckwell.com et sur mon Instagram instagram.com/stephanieltuckwell.

Je travaille sur une exposition appelée Réflexions sur papier qui se tiendra (date à confirmer en raison de la pandémie) à l'Université de South Wales. Je montrerai aux côtés de neuf autres artistes du Pays de Galles qui travaillent également en série et ont un intérêt à exploiter les possibilités polyvalentes de travailler avec et sur papier.

Je travaille également sur un spectacle au printemps prochain avec mon partenaire, Robert, à la magnifique Gallery 57 à Arundel, dans le West Sussex, qui appartient et est organisée par l'artiste, Ann Symes.

J'ai travaillé sur le site Web de Area Environments, un studio de création basé au Minnesota, aux États-Unis. Il organise des œuvres originales d'artistes contemporains internationaux pour produire des papiers peints exclusifs et des peintures murales à grande échelle.
https://www.areaenvironments.com/abstract/
https://www.areaenvironments.com/nature/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *